Accueil Médias Le Quotidien - 8 septembre 2010

PDF Imprimer Envoyer
Logo Le QuotidienLe Quotidien - 8 septembre 2010

Les ombres de l'utopie

Il est des rendez-vous que l'on ne souhaite manquer sous aucun prétexte. Par exemple, un livre de Michel Quint, auteur réputé depuis Effroyables jardins.
On le retrouve avec un nouvel et enthousiasmant roman au joli titre: Avec des mains cruelles. Une fois encore, Quint joue la fidélité à sa région, le Nord et Lille. Le texte est aussi limpide qu'exigeant, ça commence avec un reporter photographe bien fatigué à La Voix du Nord, le grand quotidien régional, et une prise d'otages dans un lycée lillois, ça se termine avec une phrase qui claque: "Et rien n'est fini."
Pendant la prise d'otages, le reporter photo est tué, Dom, le patron du bar Dominus, et son associée Judith vont acheter la maison du défunt et y découvrir que là, une jeune fille a vécu avant de disparaître mystérieusement.
Dom a embauché Laura, une jeune serveuse au passé aussi trouble qu'étrange. Avec Judith, ils plongent dans les archives du photographe, c'est un voyage dans le temps, dans l'histoire du XXe siècle.
Ainsi, on croise les membres de la bande à Bonnot quand elle avait encore des idéaux anarcho-pacifistes. Un peu plus loin, on trouve les SS wallons de Léon Degrelle et aussi les affres du quotidien en Allemagne de l'Est, la chute du mur de Berlin à l'automne 1989… sans oublier, le jour de la chute dudit mur, le kidnapping d'une enfant.
De rebondissement en rebondissement, dans une langue française aussi précise qu'incisive, Michel Quint explore les ombres de l'utopie. Il note que, parfois, elles pèsent douloureusement sur l'ordinaire quotidien. L'utopie, laisse-t-il entendre entre les lignes d'Avec des mains cruelles, n'est plus qu'un vertige de mots si l'on se met en tête de la raconter. Impossible pour Quint et ses personnages de la révéler, de lui donner vie.
Avec des mains cruelles est aussi un avertissement: gare aux faux héros. Et un conseil: toujours regarder non pas nécessairement en arrière mais aussi toujours sur le côté!
S. B.