Accueil Médias Le Littoral - 4 février 2011

PDF Imprimer Envoyer
Le Littoral de la Charente-Maritime - 4 février 2011

Cliquez pour agrandir

Article paru dans Le Littoral de la Charente-MaritimeAvec des mains cruelles

On se souvient d'"Effroyables Jardins" paru en 2000 qui révélait l'attrait de l'auteur pour l'Histoire et plus particulièrement la Seconde Guerre Mondiale.
Dans son nouveau roman, on retrouve cette fascination pour la même période qui pose des questions humaines clés et demande donc au lecteur, de s'intéresser aux lointains replis de la bande à Bonnot, aux exactions des SS wallons de Léon Degrelle et plus tard, à celles des nazis. Le récit débute par une prise d'otages dans un lycée lillois:

Rop Claassens, reporter y trouvera la mort ainsi que le légionnaire déserteur et amant jaloux qui abat de sang-froid Louise. La nouvelle de la tragédie parviendra à Dom, « à l'heure de l'apéritif, dans un rêve de bar : le Dominus Bier ». Dom, « gringalet moyen, la cinquantaine », a une associée en affaires immobilières, Judith Rosencrantz. Ils rachètent la maison du défunt Rop Claassens et découvrent l'existence d'une jeune fille séquestrée probablement par le reporter.
Comment la retrouver? Aidée de Laura, une "raggazza, mystérieuse sibylle d'aujourd'hui" qu'il engage comme archiviste et de Denis, un ex-journaliste à La voix du Nord, ils exploitent "l'enfer de papiers" de Dom et les montagnes de documents poussiéreux accumulés chez Rop et dans un ancien commissariat de police mis en vente dans le domaine public.
A partir de là, on plonge dans un univers trouble et inquiétant où se croisent et se heurtent une foule de personnages, où la noirceur et "la violence instantanée des hommes" est mise en scène et démasquée, où Michel Quint, sous les traits de Rop, cherche "les racines du mal" et comment, n'importe quel homme "peut devenir un type aux mains cruelles".
C'est passionnant de se laisser conduire dans des situations ambiguës, de suivre dans un véritable labyrinthe, ces personnages complexes qui essaient "de réorganiser le chaos déboulé" dans leurs existences.
En effet Dom est petit-fils d'un brasseur collabo; Judith a eu ses grands-parents gazés à Auschwitz ; Laura tait un passé aussi trouble que celui de Denis, le griot des Flandre; quant à Sonja - la séquestrée - c'est une longue et douloureuse histoire qui laisse enfin au lecteur, une lueur d'espoir dans toute cette fatalité dévoilée. Michel Quint au style si particulier, utilise une langue tantôt imagée voire poétique tantôt cinglante et âpre pour mener son enquête au coeur des pires heures de l'Histoire.
On ne peut que rester admiratif devant sa maîtrise littéraire.
Rose-Aimée Jouan. Michel Quint
Edition Joëlle Losfeld,
271 pages- 18,50 euros