Accueil Médias Presse écrite

Logo La Voix du NordLa Voix du Nord (Jean-Marie Duhamel) - Janvier 2015

Michel Quint: aux marges de la métropole, «le livre des contrées oubliées»

Dans son dernier roman, Michel Quint met en scène un forain revenu sur les pas de son enfance entre Roubaix et Wattrelos. Au-delà du destin des personnages, «J’existe à peine» évoque la fin du monde ouvrier.

Photo CHRISTOPHE LEFEBVRE

Les romans de Michel Quint ont souvent pour cadre la région. Le romancier serait-il aussi géographe et historien?

«Je pars souvent d’un paysage: ici, les franges de la métropole lilloise où je vis, tout particulièrement Roubaix, Wattrelos, à différents moments du passé, figés dans ce passé textile qui n’est plus. J’aime que les choses soient vérifiables – La Lainière, entre Roubaix et Wattrelos, reste aujourd’hui un bâtiment dont personne ne sait vraiment ce qu’on peut en faire – mais je n’ai pas la dimension photo. Je me méfie de l’obsession du bouton de guêtre, histoire qu’on ne vienne pas me dire que j’écris que le panneau était rouge alors qu’il était bleu! Tout cela relève d’une construction mentale: je ne suis pas un photographe du réel.»

Lire la suite...
 
Logo Le DevoirLe Devoir (Catherine Lalonde) - Janvier 2015

Vitrine du livre
J'existe à peine, Michel Quint

Un bon polar dans le Montparnasse d'après guerre.

Couverture du livre J'existe à peine - Éditions Héloïse d'Ormesson L’univers des forains hante l’imaginaire de Michel Quint. L’auteur, connu pour ses romans noirs, tâte régulièrement d’autres genres. On trouvait dans sa merveilleuse novella Effroyables jardins (Joëlle Losfeld, 2000) des clowns faisant plus que survivre à l’horreur de la Seconde Guerre, et se liant malgré leurs allégeances. Un cascadeur à moto sévissant dans les foires traversait Cake-walk (Joëlle Losfeld, 2001). Cette fois, voici Alexandre: ce transformiste-caméléon, adepte de Fregoli et de tous les travestismes, oeuvre sur les places publiques à remettre en scène des faits divers, souvent sordides, qui ont frappé l’imaginaire. Artiste mineur au grand talent, il retourne, à la suite d’une grave malchance professionnelle, au village de son enfance.
La langue de Michel Quint est encore ici une force; son rythme, sa crudité, l’utilisation des patois composent une belle musique, rebondissante. D’abord récit d’un retour aux sources, la trame est augmentée de l’histoire d’une région et d’amours doubles, avant de pécher dans le dernier quart par trop d’explosions dramatiques. Retrouvailles avec la mère biologique; dévoilement des malheurs d’enfance, si épouvantables qu’Aurore l’enfant martyre semble presque bénie; mort tragique de la nouvelle aimée, etc. Si le zoom sur une vie artistique hors norme expose un monde fascinant, trop, c’est trop, et nous voilà, lecteur charmé des premières pages, dégoulinant sous le pathos des dernières.

 
Logo du FigaroLe Figaro (Bruno Corty) - Novembre 2013

La veuve noire de Michel Quint mène l'enquête

Un bon polar dans le Montparnasse d'après guerre.

Michel Quint aime les mots. Depuis Le Testament inavouable, en 1984, ce professeur de lettres, comédien et metteur en scène à Lille, a publié trente-neuf ouvrages chez différents éditeurs, le plus célèbre étant Effroyables jardins, en 2000 chez Joëlle Losfeld. Le livre, traduit dans vingt-cinq langues, adapté au cinéma et au théâtre, fut vendu à près d'un million d'exemplaires.

 

Lire la suite...
 
Logo de TGV magazineTGV magazine - Mai 2013

Michel Quint

La nouvelle policière du mois

Auteur d'Effroyables jardins (adapté au cinéma en 2003), cet ancien professeur a obtenu le Grand prix de littérature policière en 1989 pour Billard à l'étage, et vient de publier En dépit des étoiles (éditions Héloïse d'Ormesson). Il livre cette nouvelle en exclusivité pour TGV magazine.

 

Lire la suite...
 
Logo du magazine littéraire Le magazine littéraire - Pierre-Edouard Peillon - Avril 2013

Michel Quint, Lille noire

Comme dans un fameux soupir baudelairien, mais cette fois-ci inversé, En dépit des étoiles laisse entendre que le coeur d'un mortel change plus vite, hélas! que la forme d'une ville. Cette différence rythmique, Michel Quint l'inscrit au coeur de son nouveau roman, dans lequel Jules, le narrateur, multiplie les allers-retours dans une métropole lilloise qui, bien qu'elle exhale une impression d'effervescence, couve un certain statisme puisque chaque lieu semble cloisonné géographiquement: l'agence immobilière familiale, l'In Quarto pour boire des coups, le Loveless Night pour passer les soirées, et l'appartement juste pour dormir. Mais surtout l'inversion de la lamentation romantique marque un divorce - et tout le livre ne sera finalement qu'une histoire de séparations, un bouquet de ruptures que Jules pourra offrir à son amour naissant.

Lire la suite...
 
Logo du magazine LireLire - Hubert Artus - Avril 2013

Les voies du Nord

Michel Quint
L'auteur adapte un fait divers survenu à Lille, et réussit un roman de diversion.

C'est le ciel bas et lourd que l'on sent peser sur ce roman qui, pourtant, cherche la légèreté à chaque occasion. La ville de Lille tremble depuis que le corps de Sébastien Arnoux a été repêché sur les bords de la Deûle. Ce jeune espoir du football hexagonal, future star du club du Nord, le LOSC, a été retrouvé mort à 19 ans, quelques jours après avoir disparu. Quand un autre corps sera retrouvé, la ville se murera dans le silence, ou la rumeur.

Lire la suite...
 
Logo de RollingStoneRollingStone - Avril 2013

En dépit des étoiles - Michel Quint

À Lille, en 2011, le corps d'un joueur de foot est retrouvé dans la rivière. Accident faisant suite à une soirée arrosée? Suicide? Ce sont les thèses privilégiées par la police, mais que se refuse à entériner Lisa, la soeur de la victime. La jeune fille décide dès lors de mener sa propre enquête, lorsqu'un autre cadavre est à son tour récupéré dans la Deule, entre deux péniches...

S'inspirant d'une troublante suite de faits divers (entre 2010 et 2013, huit corps ont été repêchés dans le cours d'eau lillois, dont le dernier en janvier dernier, peu avant la sortie du roman), Michel Quint dessine un portrait en creux de Lille. Entre friches industrielles et quartiers bobos, ruelles sombres et bars surchauffés, milieux du foot et de la prostitution, on croise toute une galerie de personnages rougeoyants de réalisme et d'humanité. De sorte que pour l'auteur, l'intrigue criminelle devient prétexte à une déclaration d'amour à sa ville. Dogue eat dogue, quoi...
L.B.

 
Logo du PointLe Point - Mars 2013

Un Quint, ça mord

«En dépit des étoiles», de Michel Quint. Sait-on si cet auteur écrit finalement des romans policiers?
Un prix (en 1989) dit que oui. Mais Quint est avant tout un poète qui signe des histoires pleines de bonheurs simples et d'amours tristes. Une étrangeté, perdue dans une époque qui développe son inverse.
Toute la saveur vient de cet art de tisser de l'attachement avec ses personnages. Qui, sinon, se soucierait de savoir où est passé ce satané joueur de foot - plutôt un sale type d'abord -, le petit frère de Lisa? Mais le lecteur se tient là, le coeur au diapason avec celui de Sébastien, bricoleur pour le syndic de l'immeuble, aussi doux que sa mère, la teigne, le considère comme incapable. Enamouré de sa déesse Lisa, il passe ses nuits avec elle à chercher des pistes sur le pavé mouillé du Vieux-Lille, comme chez Gilda, la tenancière du Loveless, un bar sans équivoque.
Lire Quint, ce n'est plus vraiment avaler un polar mais réapprendre la lecture lente, la larme à l'oeil. Quint semble né du tragique des petites gens du Nord. Plus que ses racines, on dirait son âme
• J. M.

 

Cliquer sur une image pour l'agrandir et sur la croix en bas à droite pour zoomer

Article paru dans Télérama Article paru dans Psychologies MagazineArticle paru dans PsychologiesArticle paru dans La MontagneArticle paru dans Le SoirArticle paru dans Direct Matin

 
Logo de L'HumanitéL'Humanité (Virginie Gatti) - Janvier 2013

Au bord de la Deûle, c'est une jeunesse assassinée

Avec pour scène de meurtres Lille et sa région, Michel Quint fait lire un roman où une génération perdue se fourvoie dans les mirages d'une société mensongère.

Les filiations littéraires existent: Jule Gileron serait le petit-neveu de Jules Maigret.
En effet, chez Michel Quint, il y a du Simenon et du Jean-Patrick Manchette. La précision de traduire les atmosphères poisseuses, les nuits chargées d'alcool véhiculées par la ville pour le premier, et l'alchimie nauséabonde et haletante entre meurtre, pouvoir, relations entre les êtres pour le second. En dépit des étoiles prend pour lieu du crime Lille et le Nord et malgré ces paternités, Michel Quint se distingue en rapprochant le fait divers, celui qui fait diversion, du mythe ancien, de la tragédie grecque, de l'héroïsme épique.

Lire la suite...
 
Logo du site de Jérôme Enez VriadJEROME ENEZ-VRIAD - 12 juillet 2012

 


Site de Jérôme Enez Vriad

LES AMANTS DE FRANCFORT

L’on imagine de certains auteurs qu’ils sont comme le Moët et Chandon: d’une qualité égale et irréprochable à chaque cru. Est-ce le cas de Michel Quint ? On pourrait effectivement le croire à condition de n’avoir jamais goûté au Dom Pérignon. Car Les amants de Francfort sont un des millésimes magistraux de l’auteur d’Effroyables Jardin, bien au delà d’un vulgaire champagne de supermarché, si délicieux soit-il.

Les amants de Francfort - Michel Quint - EDitions Héloise d'Ormesson

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo du magazine Paris BerlinParis Berlin - Septembre 2011

Les amants de Francfort

In Quints 2002 auf Deutsch erschienenem. Erfolgsroman Die schrecklichen Garden entdeckt em Junge, dass das Schicksal seines. Vaters entscheidend von einem Erlebnis mit den deutschen. Besatzern gepragt wurde. Auch in Quints jüngstem. Roman bildet deutsche. Vergangenheit den. Hintergrund für einen spannenden Roman. Er beginnt auf der Frankfurter Buchmesse mit einer groJsen Liebe und einem. Doppelmord, der etwas mit alten Nazis, deutschen. Terroristen und dem. Vater des Protagomsten zu tun hat.

 
Logo de ABC PolarABC POLAR - 7 juillet 2012

Michel Quint: Le comédien malgré lui

Baptiste Février est jardinier de métier dans la région de Lille. Comédienne, sa petite amie vient de le quitter. Suite à un malentendu, Baptiste est engagé par Régine Destremaux, une veuve très riche et fort séduisante. Elle lui propose un beau contrat, pas comme jardinier mais en tant que comédien. Ingrid, vingt ans, la fille de Régine, est étudiante en médecine. Depuis le décès de son père, qui avait fait fortune dans les médicaments et la chimie, Ingrid reste muette. Voilà six mois qu’elle ne parle plus, qu’elle s’est fermée au monde. La mission de Baptiste sera de lui faire recouvrer la parole, grâce à des cours de théâtre. La culture du jeune homme se résume aux légumes et aux plantes, il n’a aucune expérience artistique. Néanmoins, c’est bien payé et Régine est ravissante, donc il accepte. Il va s’inspirer des livres de théorie théâtrale de son ex-compagne.

Lire la suite...
 
Logo du PointLe Point - 13 octobre 2011 - Julie Malaure

 

"Close-up", de Michel Quint

Une lecture jubilatoire, du grand Quint.

Si "Vendredi 13" vous rappelle ce Jason à la poursuite d'ados à gros seins dans le film éponyme, ou un argument marketing frelaté de la Française des jeux, le livre de Michel Quint va vous réconcilier avec une certaine idée de la qualité.
En d'autres termes, le voilà tête de proue, aux côtés de Pouy et Bordage, et en attendant Mabanckou et Maulin, d'une nouvelle série de courts romans noirs: "Vendredi 13".
Le cahier des charges des contributeurs? Introduire cette date fatidique auprès d'un héros prêt à se battre pour ses idées, puis en ligne de mire la possibilité d'une adaptation filmique. Cela donne, chez Quint, la vengeance pervertie d'une femme, Miranda, cartomancienne lilloise, qui annonce sa fin prochaine à Bruno, patron véreux, en l'occurrence avant le prochain vendredi 13. Une fausse prédiction mais surtout l'ironie - que Quint distille avec un art consommé -, qui consiste en ce que Bruno trouve refuge et protection chez son bourreau femelle et que la menace devienne bien réelle. Une lecture jubilatoire, du grand Quint.
(Ed. La Branche, 208 p., 15 E).

 
PDF Imprimer Envoyer
Logo de L'Est RépublicainL'Est Républicain - 2 septembre 2011

Un crime (prém)édité

Michel Quint, qui est l'auteur d'un succès international Effroyables jardins flirte avec le polar dans ce nouveau roman, mais un polar très spécialisé.

L'idée lui a été donnée par son éditeur, Gilles Cohen-Solal. Et c'est une histoire d'éditeurs qu'il déroule pendant la Foire du Livre de Francfort, cette «messe» ou s'achètent et se vendent les best-sellers. Les Amants de Francfort (éditions Héloïse d'Ormesson) met en scène Florent, dont le père a été abattu sans doute par la bande à Baader et Lena, une brune sensuelle, sur fond d'assassinat de sympathisants nazis.
Au-delà de l'intrigue, serrée, le romancier propose une réflexion sur le passé franco-allemand, et une satire corsée du milieu éditorial.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo du magazine PagePage - Septembre 2011

Secret de famille

S'inscrivant dans la continuité d'Effroyables jardins, MICHEL QUINT explore les secrets de la Seconde Guerre mondiale, ceux qui transforment des hommes entraînés malgré eux dans le tourbillon de l'Histoire, et perturbent les générations suivantes.
Par ISABELLE COURIOL, Librairie de Paris Saint-Etienne

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo du magazine Femme ActuelleFemme Actuelle - 22 août 2011

Une passion fatale

Michel Quint a rencontré le public en 2000 avec Effroyables jardins, petit bijou littéraire adapté ensuite au cinéma par Jean Becker.
Son nouveau roman Les amants de Francfort mêle à nouveau petite et grande histoire.
En 2009, à l'occasion de la Foire du livre de Francfort, Florent, un éditeur français,devient l'amant de Lena. Cette liaison l'amène a s'interroger sur les véritables raisons qui auraient poussé la bande à Baader à exécuter son père en 1977.
Pas simple l'amour quand il s écrit dans le sang.
Avec sensibilité et subtilité l'auteur plonge ses personnages dans une situation inextricable et sous tension permanente.
M.G.
«Les amants de Francfort», éditions Héloïse d'Ormesson, 234 p., 15 €.

 
PDF Imprimer Envoyer
Logo de toutelaculture.comtoutelaculture.com - 30 juillet 2011

Les amants de Francfort:

thriller amoureux en Allemagne, par Michel Quint

L’auteur du roman à succès, Effroyables jardins (Joëlle Losfeld, 2000), adapté par Jean Becker à l’écran avec Jacques Villeret en 2003 est de retour. C’est chez Héloïse d’Ormesson qu’il signe un thriller amoureux débutant à la foire du livre de Francfort. Une enquête sur le passé entre France et Allemagne, guerre et maladie, amour et édition.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Le Littoral de la Charente-Maritime - 4 février 2011

Cliquez pour agrandir

Article paru dans Le Littoral de la Charente-MaritimeAvec des mains cruelles

On se souvient d'"Effroyables Jardins" paru en 2000 qui révélait l'attrait de l'auteur pour l'Histoire et plus particulièrement la Seconde Guerre Mondiale.
Dans son nouveau roman, on retrouve cette fascination pour la même période qui pose des questions humaines clés et demande donc au lecteur, de s'intéresser aux lointains replis de la bande à Bonnot, aux exactions des SS wallons de Léon Degrelle et plus tard, à celles des nazis. Le récit débute par une prise d'otages dans un lycée lillois:

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo du journal Le ProgrèsLe Progrès - 27 décembre 2010

La Ducasse aux nuages
de Michel Quint et Jean Pattou

C’est un ouvrage absolument délicieux, la plus merveilleuse des invitations au voyage.

L’auteur de Effroyables jardins et l’illustrateur aquarelliste Jean Pattou proposent un univers décalé, loufoque, poétique et en même temps hyper précis sur les grandes villes du monde: Lille, Istanbul, Madrid, Moscou, Rio, Marseille, Lyon, Venise, Hong Kong… On est un peu au-dessous des nuages et on vole en silence au-dessus des plus paysages urbains de la planète. Le titre, un peu abscons, désigne une kermesse du Nord (la ducasse). Michel Quint, part de cette légende et prend la tangente.
Embarquez, survolez, inspirez, c’est magnifique. Chaque page est un enchantement, chaque escale un mirage. Une leçon de géographie à partager en famille!
Editions Elytis,
144 pages, 30 €

 
PDF Imprimer Envoyer
Lille Métropole Info - décembre 2010

Une du magazine Lille Métropole InfosAvec des mains cruelles
Michel Quint

"Un cliché représente surtout celui qui appuie sur le déclencheur... Le témoignage n'est pas dans ce qui figure à l'intérieur du cadre mais dans l'émotion du photographe. Je n'aurais dû publier que des instantanés flous de chialer devant des corps suppliciés ou douloureux... Et j'ai photographié froidement ce qu'on attendait d'horrible domestiqué, réduit par ma technique, du pathétique mondain, pas la véritable barbarie."

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo du journal Le Soir - BelgiqueLe soir - Pierre Maury - 19 novembre 2010

Quelques fantômes, entre Lille et Bruxelles

Avec des mains cruelles
Michel Quint

Joëlle Losfeld, 272 p, 18,50 euros.

Un photographe, après avoir abandonné le terrain des guerres qui avaient rendu son travail célèbre, est tué lors d'une prise d'otages dans un lycée de Lille. Dans la même ville, Dom, qui tient un bar, accumule en vrac des archives dans lesquelles il fouine, à la recherche d'il ne sait quoi, qui lui permettrait peut-être de voir clair dans son passé.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Cliquez pour agrandir

Une de l'article Le Mag - Novembre 2010Le Mag - Novembre 2010

L'antiportrait

Propos recueillis par Amélie Tulet - Photographies Édouard Bride

Michel Quint
Jardins secrets

À 18 ans, le cœur brisé, Michel Quint se jure de devenir un écrivain célèbre pour retrouver Brigitte, son premier amour. Ses amis évoquent un amoureux du théâtre, passionné de jazz et de football. Un homme exigeant qui ne supporte pas que l'on parle pour ne rien dire. Vu par les autres...

Télécharger l'article


 
PDF Imprimer Envoyer
Logo Le Nouvel ObservateurLe Nouvel Observateur - Claire Julliard - 18/24 novembre 2010

Effroyables archives

Michel Quint plonge à nouveau dans "la sale histoire des hommes" et l'époque nazie.
Avec des mains cruelles, par Michel Quint
Joëlle Losfeld, 272 p, 18,50 euros.

On connaît le goùt de l'auteur d'Effroyables Jardins pour l'histoire, et notamment la Seconde Guerre mondiale.
On apprécie son art de créer des situations ambiguës, des personnages complexes. Dans son nouveau roman, Michel Quint sonde ce "fond de violence et de barbarie inhérent à l'homme qu'aucune civilisation ne peut endiguer".

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo du magazine Focus Vif - BelgiqueFocus Vif - Nadine Monhls - 5 novembre 2010

Avec des mains cruelles
de Michel Quint

Un banal fait divers, lié à une jalousie amoureuse, fera 3 morts lors d'une prise d'otages dans un lycée de Lille. Géry en veut à Louise de l'avoir plaqué pour David. La rage au coeur, il foncera dans le désespoir, arme au poing et tuera celle qu'il aime ainsi que la mère de son amant et Rop Claassens, un célèbre reporter photographe de guerre, venu parler de son boulot.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo Le Monde des livresLe Monde des livres - Pierre-Robert Leclercq - 29 octobre 2010

Avec des mains cruelles
de Michel Quint

II y a plusieurs façons de revisiter l'Histoire. Michel Quint nous y invite à la suite de quatre personnages qui auraient pu n'être que des silhouettes et qui ont une forte présence, comme autant de romans dans le roman.
RopClaassens est tué au cours d'une prise d'otages dans un lycée. II y était venu inaugurer une exposition de ses photos. Marqué par les massacres dont il avait été témoin à travers le monde, il professait que la nature humaine est mauvaise que tout homme "peut devenir un type aux mains cruelles".

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo la Voix du NordLa Voix du Nord - Jean-Marie Duhamel - 30 septembre 2010

Michel Quint mène l'enquête "avec des mains cruelles".

Rop Claassens, personnage clé du roman de Michel Quint, est photographe à La Voix du Nord à Lille. En fouillant dans son passé, le jeune patron du bar Dominus Bier (qui pourrait être feu le Bar de l'Echo!) noue les fils d'un passé ou l'on croise la bande à Bonnot, Léon Degrelle et les sbires de la Waffen SS belge, la RDA d'avant la chute du Mur. Un jeu de piste étrange et mélancolique où l'inspecteur Quint mène l'enquête.
PAR JEAN-MARIE DUHAMEL

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo Le QuotidienLe Quotidien - 8 septembre 2010

Les ombres de l'utopie

Il est des rendez-vous que l'on ne souhaite manquer sous aucun prétexte. Par exemple, un livre de Michel Quint, auteur réputé depuis Effroyables jardins.
On le retrouve avec un nouvel et enthousiasmant roman au joli titre: Avec des mains cruelles. Une fois encore, Quint joue la fidélité à sa région, le Nord et Lille. Le texte est aussi limpide qu'exigeant, ça commence avec un reporter photographe bien fatigué à La Voix du Nord, le grand quotidien régional, et une prise d'otages dans un lycée lillois, ça se termine avec une phrase qui claque: "Et rien n'est fini."

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo de L'Express.frL'Express.fr - Christine Ferniot - septembre 2010

Michel Quint et les faux héros

À partir d'archives, un patron de bar va découvrir tout un monde parallèle et remettre la vérité à sa place.
"Et rien n'est fini." En achevant son livre sur cette phrase, Michel Quint résume l'éternel tourbillon de l'histoire, la fin d'une guerre et le début d'une autre, la mort d'un innocent et la fuite d'un coupable. "On arpente un présent miné de passé" écrit-il un peu plus haut, reprenant l'un de ses thèmes obsessionnels depuis Billard à l'étage (1991) ou Effroyables jardins (2000).

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo Le Monde magazineLe Monde magazine - Émilie Grangeray - septembre 2010

Le Lille de Michel Quint

Le Nord-Pas-de-Calais, c'est toute la vie de l'écrivain Michel Quint, qui y est né il y a soixante ans et ne l'a jamais quitté.
Ce week-end, à l'heure où Lille fait sa Grande braderie, il nous fait découvrir quelques-uns des lieux les plus curieux de la capitale nordiste.
Grand Prix de littérature policière pour Billard à l'étage (Calmann-Lévy, 1989), c'est avec Effroyables jardins (Joëlle Losfeld, 2000) qu'il connaît le succès public.
Cette rentrée, il publie Avec des mains cruelles (Joëlle Losfeld). et en octobre La Ducasse aux nuages (Elytis).

Télécharger l'article

 
PDF Imprimer Envoyer
Logo du magazine PagePage (Le magazine des libraires) - Septembre 2010
LITTÉRATURE FRANÇAISE

Faits divers, grande Histoire

MICHEL QUINT signe ici un roman sinueux et une réflexion sur des thèmes qui lui sont chers: la mémoire de l'Histoire et l'homme dans ce qu'il a de plus sombre, de plus tortueux. Magistral, une nouvelle fois.
Par AMÉLIE MULLER, Librairie Doucet, Le Mans

LE ROMAN S'OUVRE sur une prise d'otages qui tourne à la fusillade dans un lycée de Lille.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo de Psychologies magazinePsychologies - septembre 2010
ROMANS

Avec des mains cruelles - Michel Quint

Rop Claassens, reporter photographe de guerre, Dom, Judith et Laura sont les guides de ce roman à tiroirs. Au programme: manipulations mentales, kidnapping d'un enfant en Allemagne à l'occasion de la chute du mur de Berlin, enquête sur les traces de la bande à Bonnot, anciens nazis, amateurs de bonnes bières, vieux journaliste caricatural et amourettes croisées. Un roman de voyages remémorés autant qu'un polar, signé par Michel Quint, qui témoigne de son affection pour le Nord-Pas-de- Calais, sa région natale, pour Lille, pour l'histoire contemporaine, et pour les travers de l'âme humaine.

 
PDF Imprimer Envoyer
Logo du magazine LireLire - Christine Ferniot - septembre 2010

Faux héros, vrais salauds

À partir d'archives, un patron de bar va découvrir tout un monde parallèle et remettre la vérité à sa place.

"Et rien n'est fini." En achevant son livre sur cette phrase, Michel Quint résume l'éternel tourbillon de l'histoire, la fin d'une guerre et le début d'une autre, la mort d'un innocent et la fuite d'un coupable. "On arpente un présent miné de passé" écrit-il un peu plus haut, reprenant l'un de ses thèmes obsessionnels depuis Billard à l'étage (1991) ou Effroyables jardins (2000). Tandis que le monde tourne plus ou moins rond, les héros de son nouveau roman se retrouvent au Dominus, un café du Nord où la bière coule aussi régulièrement que le sang dans les veines.
À bien y réfléchir, Michel Quint a toujours aimé les bistrots: il sait qu'on y refait la société mieux que n'importe où ailleurs, qu'on y rencontre des hommes et des femmes réunis par hasard et qui finissent par échanger des phrases, des sentiments.

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer
Logo La CroixLa Croix - Sabine Audrerie - 26 août 2010

La rentrée littéraire, en titres et en chiffres

(extrait de l'article)
Dans la course lancée en librairie vers une ligne d'arrivée en laquelle beaucoup voient le prix Goncourt, on trouve des auteurs confirmés, comme Philippe Forest (Le Siècle des nuages, Gallimard), Chantal Thomas (Le Testament d'Olympe, Seuil), Claudie Gallay (L'amour est une île, Actes Sud), Michel Quint (Avec des mains cruelles, Joëlle Losfeld), Jean Echenoz (Des éclairs, Minuit), Linda Lê (Cranes, Christian Bourgois), Gisèle Fournier (Le Dernier Mot, Mercure de France) et Robert Bober (On ne peut plus dormir tranquille quand on a une fois ouvert les yeux, P.O.L).


SABINE AUDRERIE